Psychanalyse d’un génois

 

Aitutaki, c’est tout petit. Aitutaki, c’est une passe qui finit en cul de sac au pied d’une minuscule montagne qui ne mérite même pas le nom de montagne, tout juste une colline. Aitutaki c’est une passe en cul de sac sous une colline.

Nous sommes au fond d’un cul de sac sous une colline. tous les soirs, je lis une dizaine de pages de « Bilbo le Hobbit » à Lucile, Les connaisseurs comprendront.

 

A Aitutaki, la passe est longue, étroite avec peu de fond. Je préviens Hélène avant de nous y engager: inutile de s’affoler si il n’y a plus que 30cm d’eau sous les quilles…

Moteurs à 2800 tours, nous filons à la vitesse d’un … escargot. Comme prévus, il n’y a que 30 cm d’eau sous les quilles, On pourrait même croire qu’elles raclent sur le sable tellement nous nous traînons. le courant est fort, plus de 6,5 noeuds. Si nous touchons, le choc ne sera pas brutal…

 

Nous arrivons au fond du cul de sac, il y a toujours du courant. Pas moyens d’aller plus loin, nous mouillons. Au loin au sud, près des motus, nous apercevons une vingtaine de kitesurf qui dansent au dessus des cocotiers.

 

Premier debriefing de la navigation: notre génois n’est pas satisfait de sa condition et a des pulsions auto-destructrices.

Déjà en arrivant à Raiatea, profitant du peu de vent et de notre allure très arrivée, le bougre avait battu et s’était coincé dans le trapèze avant supérieur, s’arrachant le nerf de chute et le coinçant dans la barre de flèche. Nous ne pouvions plus le rouler et j’avais du monter au mat pour le décoincer.

Il était resté ensuite 2 jours sur la table d’opération, 2 jours de couture pour reprendre la chute abîmée sur 30cm, rattacher le nerf de chute, refaire le gousset et réparer la bande anti-UV. 10 aiguilles cassées, et une réparation qui ne se voyait pratiquement pas.

 

Malheureusement depuis, notre génois a développé une jalousie maladive qui tourne à la névrose.

 

Nous partons de Mopelia dans une petite brise d’est, 10 à 12 Nds de vent et grand soleil, nous avançons à 3 ou 4 Nds. Les conditions idéales pour un début de navigation et faire de nouvelles expériences.

Il est temps d’essayer le Spi. Notre spi c’est un peu l’Arlésienne du bateau: tout le monde en a entendu parlé mais peu de gens l’ont vu. Il est aussi vieux que le bateau, monstre tapi dans le noir attendant son heure de gloire, il sommeille depuis 8 ans au fond de la cale, sous la couchette d’Elanore.

Tout le monde en a entendu parlé de ce grand spi asymetrique rose Fuchsia avec une femme nue dessinée dessus.

Alice a adoré sa couleur quand il s’est hissé avec grâce au dessus de l’étai.

 

Notre génois n’a pas supporté de se faire rouler pour laisser la place à ce concurrent inattendu. Patiemment il a attendu son heure.

 

Il était 19h00. Nous avions passé la journée sous spi et nous avions remis le génois pour la nuit. Le vent avait tourné, prémisse du maramu qui devait arriver dans quelques heures, nous naviguions au prés dans une légère brise.

En quelques secondes le vent tourne, et le traître se met à contre.Le vent forcit immédiatement.

Même avec les moteurs, il est impossible de revenir sur la bonne amure.  nous nous retrouvons avec 40-45 Noeuds de vent avec le génois à contre et la grand-voile haute.

Je ne veux pas larguer l’écoute, je suis sur que le bougre en profitera pour s’emmêler dans les drisses du pieds de mat ou bloquera son écoute sur un winch. Malheureusement il n’y a pas trop le choix. Le vent est maintenant trop fort pour envisager un empannage. Je largue donc l’écoute pour rouler immédiatement le génois. Immédiatement les écoutes battent et s’emmêlent dans les drisses. Le génois est bloqué, impossible de le border ou de l’enrouler plus qu’à moitié Il bat frénétiquement les écoutes battent, le claquement des écoutes est infernal.

 

J’affale la grand voile pour la préserver puis j’essaie de couper le nœud: impossible cela bat trop fort je risque de me faire blesser, je peux à peine approcher du mat. Après quelques minutes dans ces conditions la gaine des écoutes cède ce qui me permet de rouler le génois. Instantanément le calme revient. Il y a 40 Noeuds de vent et c’est le silence! drôle de sensation, on pourrait se croire au mouillage.

Nous restons à sec de toile en fuite dans 40 noeuds de vent propulsé à plus de 6 noeuds par le lazybag de Grand-voile.

 

Au petit matin, nous constatons les dégâts, la bande anti-UV a partiellement disparu, la bordure est toute éfilochée, les coinceurs de nerfs de chute ont disparus, la chute est abimé sur 1 mètre et il y a des morceaux de fils accrochés partout sur le bateau.

 

Nous sommes donc à Aitutaki et j’ai racheté des aiguilles…

 

 

aitutaki-edito_00

 

 

Les rumeurs du trampoline

« Born to fish » 9 janvier 2017

Malgré une vie de pécheurs, il faut avouer que nous faisons de piètres pêcheurs lorsqu’il s’agit de mettre les lignes à l’eau. C’est pourquoi afin d’améliorer l’ordinaire nous avons décidé de nous tourner vers la religion en acquérant une représentation de Kesoko, le dieu de la pêche des îles Salomon.

L’idole et nos dévotions semblent efficaces. Dès le lendemain nous avons ramené un petit bonito et cassé une ligne, preuve que les poissons se ré-intéressent à nous!

Un an de plus qu’elle n’avait l’année dernière! 4 janvier 2017

Mercredi 4 janvier 2017!

Alice fête ces 5 ans. Le compte à rebours avait commencé depuis … au moins un mois. Au menu poisson du lagon grillé, Gateau au chocolat et pluies diluviennes entre les éclaircies!

De la bonne éducation des enfants… 3 décembre 2016

En voyant sa mère se préparer un café, Alice nous déclare:  » Papa il pense qu’à la bière, Maman elle pense qu’au café et nous on pense qu’au champagne! »

sans commentaires…

 

Dernière position connue

Cliquez sur la carte pour vous déplacer. Utilisez la molette pour zoomer/dézoomer. Vous pouvez cliquer sur les icones de la carte

Cliquez ici pour voir la carte en grand dans un nouvel onglet.

Pour avoir des nouvelles sur votre boîte mail :

Nos précédents éditos

  • 06/06/2017
  • 07/05/2017
  • 05/02/2017
  • 28/12/2016
  • 02/12/2016
  • 03/11/2016
  • 06/10/2016
  • 04/09/2016
  • 30/08/2016
  • 11/08/2016
  • 22/07/2016

Nombre de Milles parcourus : 9010