Controleur de batterie au beurre (with real milk!)

Pohnpei, c’est une drôle d’escale.

Difficile de la résumer en quelques mots… Malheureusement, nous n’utilisons pas encore les mots clés sur nos pages, pourtant notre webmaster adoré a prévu dans l’interface de rédaction du site la mise en place de mots clés. C’est le siècle 2.1 qui veut cela.

Si nous utilisions les mots clés, cela donnerait: Pluie, « Violation » (in english dans le texte), averses, petit singe, déluge, ruines mégalithiques extraordinaires, précipitations, impérialisme américain,  saucée, nuages, ondée, batteries

Allez donc trouver un sens à tout cela et faire une chronique intelligible de ce fatras!

 

A Pohnpei, il n’y a pas beaucoup de touristes et on se demande pourquoi.

Les autorités locales font le maximum pour promouvoir l’île. En effet, ce micro-état se targue d’être la deuxième destination la plus pluvieuse du monde!

De plus, le ministère du tourisme s’est associée aux services de l’immigration afin de s’assurer que les visiteurs soient reçus avec le maximum d’égards dans la plus pure tradition polynésienne agrémentée à la sauce américaine! C’est ainsi que les officiers de l’immigration qui sont venus à bord pour accomplir les formalités d’entrées nous ont notifié que nous étions en infraction avec la loi locale car nous n’avions pas de « Entry Permit » et nous ont assignés en justice pour « violation » de la loi! Ils nous ont indiqué que nous risquions une amende de 1000 dollars US et nous ont convoqué au bureau de l’immigration pour le lendemain, tout en nous informant que nous n’avions pas le droit de mettre le pied à terre… Malheureusement le site internet officiel du gouvernement précise qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un « Entry Permit » pour une durée de séjour inférieure à 30 jours et que les yachts ont la possibilité de le faire établir en arrivant… Hélène, en bonne juriste, a passé la nuit a préparer notre défense…

Le lendemain, nous enfreignons la loi une deuxième fois en mettant le pied à terre pour nous rendre au bureau de l’immigration. Le bureau de l’immigration est à Palikir. Palikir est la capitale de la fédération des états de Micronésie. (Cette fédération comporte 4 états (Kosrae, Pohnpei, Chuuck, Yap). Palikir se trouve à sept ou huit kilomètres de Kolonia où nous nous trouvons. Kolonia est la plus grande ville de Pohnpei et également la capitale de l’état de Pohnpei. Il ne faut pas confondre Kolonia avec Colonia qui est la capitale de l’état de Yap et qui se trouve sur l’ile de … Yap. J’espère que vous arrivez à suivre…

Palikir m’a fait pensé à Brasilia… A la sauce micronésienne! (Il ne faut pas oublier que dans micronésie, il y a « micro »). Palikir est une micro-Brasilia, Une ville créée de toutes pièces au milieu de nulle part. Elle est composée de 4 ou 5 bâtiments administratifs à l’architecture grandiloquente et vaguement « micronésienne » entourés de pelouses. Autour, c’est la jungle. Rien, pas une habitation, pas une maison, pas un magasin, pas un troquet…, juste des arbres, des bananiers, des cocotiers, des plantes…

Nous entrons dans le minuscule hall des services de l’immigration qui comporte un seul comptoir. L’officier me repère immédiatement et nous fait signe de passer par derrière, par l’entrée du personnel. Il vient à notre rencontre et s’excuse immédiatement en nous disant que il n’y a plus de problème que tout est réglé et que la Citation est annulée. Entre les mots, nous comprenons qu’il y a eu du remue-ménage dans la matinée et que le petit chef qui faisait un excès de zèle c’est fait remonter les bretelles… Nous repartons avec de superbes tampons « FSM Immigration » sur nos passeports.

 

Déformation post-professionnelle, j’ai noté qu’il n’y a pas de panneaux solaires sur les maisons de Pohnpei. Je comprend rapidement pourquoi 3 jours après notre arrivée: en préparant le petit-déjeuner, je constate que le beurre est légèrement mou.

La dureté du beurre me permet en effet d’évaluer l’état de charge des batteries. Un beurre légèrement mou c’est le signe que la tension des batteries est descendue en dessous de 12V en fin de nuit provoquant des dysfonctionnements du compresseur et donc une élévation de température du contenu du réfrigérateur (Si on ne dispose pas de beurre, on peut aussi faire ce test avec de la bière).

A pohnpei, il n’y a pas de panneaux solaires, car comme leur nom l’indique, les panneaux solaires fonctionne avec du … soleil et non pas avec des nuages. A quand les panneaux ombraires?

 

Nous avions été marqué par le dénuement des Salomon et du Vanuatu. A Pohnpei c’est l’abondance car les états fédérés de Micronésie vivent sous perfusion. les USA fournissent la quasi totalité des fonds du gouvernement (De mauvaises langues affirment qu’ils fournissent aussi des procédures « clés en main » aux services de l’immigration).

A Pohnpei, il y a même une grande surface spécialisée dans le bricolage. Il y a plusieurs supermarchés qui proposent toutes les variétés de ketchup imaginables. Il y a même du ketchup « 100% Natural »! On trouve du beurre « Made with real milk », du miel fait avec du sirop de maïs, des saucisses avec aussi du « real » porc dedans, de la farine enrichie avec de la vitamine D, des émulsifiants, des sodas avec sucre, des sodas à l’aspartame, des légumes « exotiques » (poireaux, brocolis) produits aux USA…

Ce qui est marrant c’est que la moitié des produits sont périmés. Quand il y a une promotion cela veut dire que la date de péremption est passée depuis plus de 6 mois…

 

A Pohnpei Il y a un trésor: Les ruines de Nan Madol.

Une cité entière construite sur des îles artificielles avec des orgues basaltiques faisant 2 à 5 mètres de long, transportés depuis de lointaines carrières. Des constructions qui font inévitablement penser à l’Égypte ancienne, Teotihuacán, L’île de Pâques, Saqsaywaman…  Des tonnes de basaltes transportées, assemblées, agencées par un peuple qui ne connaissait ni le métal ni la roue… et qui n’avait même pas d’esclaves (du moins en grande quantité).

 

A Pohnpei, il y a « Le Ouistiti »… le voilier d’Eric et Marielle et de leur deux filles Yaelle et Mahé qui ont à peu près le même age que Lucile et Elanore. Hier, c’était soirée « pyjama »!

 

Les rumeurs du trampoline

« Born to fish » 9 janvier 2017

Malgré une vie de pécheurs, il faut avouer que nous faisons de piètres pêcheurs lorsqu’il s’agit de mettre les lignes à l’eau. C’est pourquoi afin d’améliorer l’ordinaire nous avons décidé de nous tourner vers la religion en acquérant une représentation de Kesoko, le dieu de la pêche des îles Salomon.

L’idole et nos dévotions semblent efficaces. Dès le lendemain nous avons ramené un petit bonito et cassé une ligne, preuve que les poissons se ré-intéressent à nous!

Un an de plus qu’elle n’avait l’année dernière! 4 janvier 2017

Mercredi 4 janvier 2017!

Alice fête ces 5 ans. Le compte à rebours avait commencé depuis … au moins un mois. Au menu poisson du lagon grillé, Gateau au chocolat et pluies diluviennes entre les éclaircies!

De la bonne éducation des enfants… 3 décembre 2016

En voyant sa mère se préparer un café, Alice nous déclare:  » Papa il pense qu’à la bière, Maman elle pense qu’au café et nous on pense qu’au champagne! »

sans commentaires…

 

Dernière position connue

Cliquez sur la carte pour vous déplacer. Utilisez la molette pour zoomer/dézoomer. Vous pouvez cliquer sur les icones de la carte

Cliquez ici pour voir la carte en grand dans un nouvel onglet.

Pour avoir des nouvelles sur votre boîte mail :

Nos précédents éditos

  • 06/06/2017
  • 07/05/2017
  • 05/02/2017
  • 28/12/2016
  • 02/12/2016
  • 03/11/2016
  • 06/10/2016
  • 04/09/2016
  • 30/08/2016
  • 11/08/2016
  • 22/07/2016

Nombre de Milles parcourus : 9010